dimanche 29 mars 2015

Un doux week end (ouf !)

ça fleurit, ça bourgeonne et pointe le bout de ses feuilles et pétales tout tendres * les dernières mailles de la paire de chaussettes pour petits pieds dodus * au soleil et dans l'herbe * une sieste géante (de midi à 16h15… j'ai plus dormi que Temanu oO) pour reprendre des forces après cette semaine qui nous a malmenés * un petit sac à dos et un pantalon de pyj' trop grand tout frais cousus * un brunch avec des scones délicieux, de la confiture d'oranges amères, un bouquet d'oeillets et un thé parfumé (vert avec fraises, baies roses et champagne !) * merci les amies pour vos mots qui font du bien, cet électrochoc aura eu le mérite de m'aider à retrouver les "vraies" priorités perdues en cours de route * les abricotiers précoces * les lasagnes aux épinards * les éclats de rire de notre coquin qui va enfin mieux...

mercredi 25 mars 2015

ça va mieux en le disant ?

Après le dernier article "débordée", je vais passer au "submergée".
ça bouillonne par ici...
Nous sommes rentrés d'un conseil d'école hier soir où nous nous sommes faits démonter par des parents d'élèves-consommateurs d'école… Depuis hier les bras m'en tombent (et comment préparer sa classe sans bras, je vous le demande ?). Colin et moi sommes dans le même RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) depuis la rentrée, deux petites écoles rurales bien soutenues par les mairies, avec une équipe de parents de l'Amicale des écoles efficace mais peu nombreuse, ce sont toujours les mêmes présents aux actions. Et hier c'était le festival : on nous reproche (à nous les enseignants des deux écoles) beaucoup d'absences (on fait comment quand on a un problème de nounou au dernier moment avec une inspection qui remplace au minimum  les absents ?), peu de projets pédagogiques… 
Voici quand même depuis le début de l'année, nos activités pour "donner plus de sens aux apprentissages" : 
* nous travaillons avec le dispositif Ecole et cinéma -3 films dans l'année-, 
* nous avons une correspondance scolaire -avec rencontre des correspondants prévue bientôt-, 
* nous allons commencer un jardin
* nous sommes allés à la maison de la Céramique pour une journée "Terre dans tous ses états" (modelage et plantations), 
* nous sommes allés voir une exposition de photographes locaux autour de la Première Guerre Mondiale, 
* nous travaillons en lien avec le collège sur un projet de production d'écrit, et j'en passe…
C'est certain, on ne part pas au ski, à la mer, à l'autre bout de la France, on n'emmène pas nos élèves sur les routes de France et de Navarre, mais notre choix repose sur la découverte et le tissage des liens de proximité, la découverte de son voisin juste là, dans le village, la rencontre entre les générations… Des choses assez peu visibles et quantifiables…
Je me sens vraiment très exposée et maltraitée par ces exigences qui dépassent les limites. Je me demandais justement cette semaine si je n'allais pas essayer de partir de ce poste un peu lourd : une direction avec 3 niveaux de cycle 3 à mi-temps avec une collègue absente par intermittence depuis le début de l'année (mais heureusement remplacée par une jeune collègue pétillante et efficace…). Loin de moi l'envie de retrouver la ZEP ou un poste de remplaçante… Mais c'est bien là une autre facette du métier qui me laisse sans voix… Les copines instits, vous en pensez quoi ? C'est pareil pour vous ?
* * *
Pour couronner le tout mon Temanu est malade depuis hier… Il est où le bouton "pause" sur la zapette magique ? 

lundi 23 mars 2015

Débordée

Une grosse pile de cahiers et d'évaluations à corriger et de livrets à préparer * des parents d'élèves à rencontrer * une armée de poux à exterminer * faire comme si c'était facile de dire au revoir une fois encore à notre marquisienne * et pleurer dans le métro * lire quelques pages * tricoter quelques rangs * courir à droite et à gauche * cuire un troisième gâteau de mars * coudre quand même quelques bricoles, vite-vite * flâner dans le jardin, jeter des cailloux dans la rivière, sauter entre les lavandes, ramasser des bâtons * faire comme si on avait envie d'aller travailler * porter des marinières de toutes les couleurs et des baskets toutes noires * avoir besoin de calme pour retrouver ses esprits * se dire que ça va revenir, il faut juste un peu de temps, tout ira bien finalement, comme toujours ! 

mardi 10 mars 2015

Tout avait pourtant bien commencé...

Mais à un moment, la situation m'a échappé…

samedi 7 mars 2015

Instantanés


1000 m brasse coulée-crawl, un peu de dos * un petit grognon qui ne dort plus si bien * il va nous falloir un autre gâteau de mars * la table de Marthe installée dans la cuisine * du miel, de la douceur et des comprimés contre allergies * un petit cabas sur roulettes avec tout ce qu'il faut pour jardiner en miniature (pour 3 euros 50) * deux marinières bientôt dans la boîte aux lettres * la peinture sur les doigts, la crème sur les joues, la terre sous les ongles * quelques mailles volées ici ou là * une nouvelle remontée parisienne bientôt * les nouveaux aménagements dans le salon (plus de parc et un petit tri des jouets) * le temps qui file...

mercredi 4 mars 2015

Jolies lectures pour les petits autour de l'adoption

Cet article-là vient de passer plus d'un an dans les brouillon (on voit l'évolution de notre ouistiti…)
 Je vous le laisse tel quel (ou presque) !
* * *
Depuis notre retour, Temanu est couvert de cadeaux, la boîte aux lettres ne cesse de livrer des enveloppes dodues et le facteur passe chez nous au moins une fois par semaine… Temanu commence à avoir une ronde de livres conséquente, parmi lesquels de superbes albums qui parlent d'adoption avec humour, tendresse, sensibilité, délicatesse. 
Je vous livre mes coups de coeur du jour :
Un petit livre cartonné destiné aux tout petits, plein d'humour (mais qui m'a fait pleurer au pied du sapin de Noël…) Le facteur apporte des bébés aux singes, hippopotames, mais ils se trompe toujours pour les pingouins...
Un an plus tard : Temanu l'aime beaucoup même si je doute fort qu'il fasse un quelconque rapprochement pour le moment !
 * * *
Celui-ci est dans notre bibliothèque depuis longtemps, car écrit avec une grande tendresse par Jean-Vital de Monléon, médecin pédiatre spécialisé dans l'adoption outre-mer (qui a lui-même adopté à Tahiti) dont le blog vaut le détour. Les illustrations superbes sont de Rebecca Dautremer. Petirou est un kangourou roux qui a une maman et un papa bruns. Au fil de l'album, il va découvrir son histoire et comprendre pourquoi il a deux mamans. L'histoire avait bien plu à Agathe (3 ans) qui m'a demandé de la lui relire une seconde fois… Celui-ci n'a pas encore rejoint le coin lecture, c'est un peu tôt je trouve.
Teata et moi ne portons pas de foulard rouge à pois dans la vraie vie, c'est la seule différence ;)
* * *
Celui-ci a été découvert grâce aux cousins nantais qui nous ont bien soutenus dans les méandres de l'adoption et nous ont guidés grâce à leur expérience. Temanu, Charlotte et Samuel ont un petit quelque chose en commun dans leur histoire… Un peu de ce que vit Choco à la recherche de sa maman et qui trouve une maman ours et des frères et soeurs très différents les uns des autres, mais très bien exactement comme ils sont ! 
Depuis un an, notre collection de livres sur l'adoption s'est agrandie, j'en reparlerai bientôt...

mardi 3 mars 2015

Sunny*


 
Aujourd'hui, mon petit soleil a approfondi sa découverte du jardin et de ses trésors : les bâtons géants, la petite fontaine avec son bassin miniature dans lequel jeter de l'herbe et des cailloux, l'arrosoir, les bouilloires, la brouette… Marcher tout seul, c'est un grand bonheur pour explorer le jardin quand le printemps arrive !

* Sunny, c'est le prénom d'un petit garçon lumineux rencontré à Tahiti, avec qui j'avais passé un moment à sauter dans les vagues.